Lecture des Pirkey Avot entre Pessah et Chavouoth

Pourquoi lisons-nous les Pirkey Avot (P.A) entre Pessah et Chavouoth ?

Pirkey Avot signifie "chapitre des Pères", il s'agit d'une autre appellation de la Michna Avot, l'un des traités du Talmud. Alors que l'ensemble du Talmud est consacré à l'élaboration des rites et de la jurisprudence concernant la vie juive, les P.A proposent des sentences sur les vertus qui font de l'homme un authentique disciple de sage (talmid hakham). Ici l'accent est mis davantage sur le dérekh érets "les bonnes manières" que sur le rituel (le pur et l'impur, le permis et l'interdit, le cacher et le non cacher, etc.) Ces sentences sont toujours reliées à leur nom d'auteur, Hillel, Rabbi Aquiba ou Rabbi Meir. Ils n'ont pas un caractère absolu, puisque les maîtres ne sont pas toujours d'accord en eux (2 rabbins, 3 opinions !!!), mais nous offre une réflexion sur nos relations à l'autre.
Pourquoi donc lire et méditer ces paroles entre Pessah et Chavouoth ? Car ces deux fêtes sont reliées rituellement par le décompte du ômer, c'est-à-dire que chaque soir (à défaut le matin) nous comptons les jours passés depuis Pessah qui nous rapprochent de Chavouoth.
Pessah a constitué la délivrance physique du peuple d'Israël, à Chavouoth, Israël reçoit la Torah et devient "peuple de prêtres". Pour atteindre cette dimension spirituelle et morale, nos sages ont donc établi de lire entre ces deux fêtes, la michna Avot, un chapitre par chabat, durant les 7 semaines ; et c'est pourquoi on parle de "chapitres des Pères" plutôt que de Michna des Pères.

Chabat chalom

Philippe

Catégorie: