Vayéchev 5774 : Yaakov et Israël

par Philippe Haddad

 

Dans la paracha de la semaine nous découvrons les péripéphies mouvementées de la famille de Yaakov (Jacob), en particulier le conflit qui oppose Yossef (Joseph) et ses frères, dans lequel Yaakov n'est pas totalement innocent. En effet, on privilégiant ouvertement Joseph, par la belle tunique, il crée les conditions d'un clash au sein de la fratrie.

Arrêtons-nous aujourd'hui sur le nom de notre patriarche ou plutôt son double nom, puisqu'il est parfois appelé Yaakov et parfois Israël. C'est étonnant par rapport à d'autres changements de noms dans la Torah. Ainsi Avram devient Avraham, de manière irreversible ; de même Saraï qui devient Sarah ; de même plus tard Ochéa qui devient Yéochoua (Josué) par le choix de Moïse. 

par contre les noms Yaakov et Israël sont gardés par le patriarche.

On peut donner cette réponse :

Le changement de nom d'Abraham et Sarah correspondent à une bénédiction divine. En effet le nom Abraham est ainsi justifié par Dieu "car tu deviendras un grand peuple". Abraham s'entend en hébreu av (ou ever) hamon goyim "père (ou engendreur) d'une multitude de peuples".

Sarah devient "la princesse universelle" et non plus "mes princesses" au seul regard de son mari.

De même Moïse nomme son disciple Yéochoua afin que "Dieu (Yah) te sauve (du complot des explorateurs, commente Rachi).  Ici et là, il y a une bénédiction exprimée, et comme toute béndiction elle est irreversible.

Par contre le passage de Yaakov à Israël est justifié par la lutte du patriarche durant la nuit contre ce personnage mystérieux qui l'attaque. Or, au niveau symbolique, ce combat traduit celui permanent mené par le peuple d'Israël pour sa survie ; à la fois contre ses ennemis extérieurs mais aussi contre ses propres faiblesses. Or cette double victoire n'est pas acquise d'avance justement, le combat traduit la part que l'homme doit investir pour maintenir son existence que pour s'approcher de Dieu.

On peut dire que "Israël" est un titre, un titre de noblesse.

Un maître hassdique disait : "tous les matins je me lève "juif" et je dois terminer le soir en "Israël". 

C'est notre travail au sein des EI, de mener ce combat contre l'assimilation pour que les enfants dont nous nous occupons deviennent vraiment "Israël"

 

Chabat Chalom

Catégorie: