Pensée sur la Parasha de la semaine Béaalotékha

"Quand tu feras monter les flammes de la ménorah". Injonction à Aaron, le frère de Moïse et de Myriam. Aaron le Cohen, l'homme de la conciliation, du dialogue. Moïse a été touché par la "lèpre" biblique, la tsaraât, Myriam aussi. Le premier avait douté de la foi du peuple d'Israël. Myriam, la féministe, avait parlé contre Moïse (qui restait dans l'attente de Dieu délaissant la tente de sa femme).
Aaron ne connut pas cette plaie. Il eut l'honneur le premier d'allumer les flammes de la première ménorah d'Israël. Il éclairait le peuple par ses enseignements. Il ne les brûlait pas. Il n'était pas un fanatique de Dieu qui veut brûler les hérétiques, les infidèles.
Dans nos maisons juives, une mézouza à la porte, par fidélité au monothéisme, et souvent une petite ménorah, sinon une hanoukia, hommage à Aaron, un homme de la paix, chargé de bénir la communauté par les bénédictions de paix, de chalom.

Chabat Chalom
Philippe Haddad

Catégorie: